La smart faune porte toujours un vrai DVA

Soyez en autonomie complète. Y compris avec votre intelligence embarquée.

LIO_3913-2

Je traduis et résume ici une étude du Centre Canadien des Avalanches (CAC) qui a étudié les applications disponibles sur iPhones et smarphones qui prétendent faire de la recherche de personnes ensevelies sous une avalanche.

En résumé:

Le CAC ne considère PAS les applications actuelles comme des alternatives crédibles aux DVAs (ARVAs) pour la recherche de personnes ensevelies.

Elles comportent de sérieux problèmes et défauts sur beaucoup de points techniques.

Les plus importants sont:

  • pas de compatibilité avec les appareils existants
  • pas ou peu de compatibilité entre les différents systèmes et logiciels
  • très faible autonomie de la batterie
  • doutes sur la portée de recherche en terrain réel (par exemple enseveli sous la neige compacte d’une avalanche)

D’autres soucis sont encore:

  • faible robustesse des systèmes
  • faible fiabilité des smartphones
  • non-facilité d’utilisation
  • risque d’interférences
  • possibilité de distractions pendant la recherche.

Les détails:

Les trois apps évaluées sont : iSis Intelligent (Mountain) Rescue System et SnoWhere (sur iPhone) et SnØg Avalanche Buddy (Android).

Comment ça (devrait) fonctionne(r)?

Ces apps utilisent les systèmes de communication des appareils: réseaux de téléphonie, WiFi, Bluetooth et GPS. Mais ces appareils n’ont qu’une antenne (par système de  communication), contrairement aux DVA qui a ont actuellement 2 ou 3. Ce qui implique que ces apps ne peuvent que très mal calculer la direction dans laquelle se trouve l’appareil enseveli.

Les normes internationales sur les DVAs/ARVAs imposent:

  • une fréquence d’émission et réception de 457 kHz, ce qui veut dire qu’ils sont tous compatibles.

Ce n’est pas le cas avec les apps: il faudrait que enseveli et secouristes aient la même app sur la même plateforme (Android ou l’autre).

  • des appareils résistants aux chocs et étanches
  • un système de portage qui garanti de ne pas perdre son appareil si on est brassé dans une avalanche
  • une grande autonomie: 200 heures à +10°C avec ensuite assez d’énergie pour une recherche d’une heure à -10°C.

C’est parfois difficile d’avoir son téléphone intelligent qui  ne doit pas être chargé chaque jour alors qu’il est dans la poche à plus de 20°C, surtout avec les gourmands en énergie que sont le GPS, Bluetooth et WiFi, on est alors loin des 8 jours de la norme…

Interférences entre DVAs et autres appareils électroniques

Selon les résultats de plusieurs études récentes, le CAC recommande les distances suivantes entre le DVA et tout autre gadget électronique:

  • mode émission: 20 cm
  • mode recherche: 50 cm

Il faut donc avoir un gros sac à dos, un gros ventre ou -mieux- éteindre son téléphone.

Conclusion:

voir le titre…

 

Bon hiver!

Lionel