Dyneema: ça doit être cousu de fil blanc

Dyneema ?

LIO_4196

Comme dit dans le titre:

  • il faut utiliser des sangles cousues uniquement.
  • on reconnaît les sangles dyneema à la couleur blanche prédominante.

Les noeuds sont fortement déconseillés car ils ne supportent pas une grosse chute! La sangle peut alors se rompre.

Des essais du Club Alpin Allemand (DAV) ont montrés les résultats suivants avec des sangles nouées et une traction lente avant rupture ou glissement du noeud:

  1. noeud de sangle: 11 kN
  2. noeud de huit: 17 kN
  3. noeud de chaise double: 24 kN

Des facteurs aggravants, tels que le vieillissement (UV, poussière,…) ou une charge dynamique (une chute) peut réduire cette résistance maximale à la traction de 30 à 50%. Ce qui conduit à des valeurs trop faibles pour retenir une chute!

D’où la nécessité de n’utiliser que des sangles cousues et de ne pas ajouter de noeud dessus.

Draguez en bas, jamais plus haut…
un parmi les “effets de groupe”

Drague (éventuellement) avant et après, mais surtout pas pendant la course!

attention à la drague!

La volonté de plaire (consciente ou non) est un GRAND facteur de risque.

Cela est une partie de “l’effet de groupe” connu mais ô combien difficile à appréhender. Il y a beaucoup de situations différentes où ces phénomènes nous jouent des tours:

  • la guide de montagne, consciente de son aura, en rajoute un peu pour épater la galerie
  • la monitrice veut plaire à ce charmant jeune homme qui débute, avide de conseils
  • le fringant (jeune) homme veut en montrer à ce groupe de magnifiquement talentueuses randonneuses
  • la (vieille) fille aimerait bien se fouler une cheville pour être redescendue à dos d’homme

Puisque l’on est paraît-il classé dans le groupe des “animaux sociaux”, il y a donc des règles inconscientes qui sont ancrés chez l’être humain. Par exemple le besoin de plaire. Autant le savoir lorsqu’il s’agit de prendre une décision en terrain risqué (avant la pente avalancheuse entre autres).

Je suis persuadé qu’on est bien plus admiré si on a réussi à redescendre avec le groupe au complet, même en renonçant au sommet, plutôt que d’avoir quelqu’un sous la neige, dans une crevasse ou plus bas que le dernier spit au sol.

Lionel