…daN… kN… quoi t’est-ce?

daN ?
kN ???

C’est quoi?

C’est combien?

Très simple:
N veut dire “Newton” -prononcez nioutone
Cela vient de ce cher Isaac (Newton) qui, selon la légende, reçut une pomme sur la tête.

Isaac Newton

Pour se rappeler:

10 petites pommes pèsent 1 kg
10 N correspondent donc à 1 kg

 

le daN = le décaNewton – rien à voir avec le décaféiné

1 daN = 10 fois 1 Newton = 10 Newton et correspond donc à 1 kg

 

le kg = le kilogramme = 1000 grammes
1 kN = le kiloNewton = 1000 Newton, ce qui correspond donc à 100 kg

 

Donc un mousqueton qui est gravé “25 kN” a donc une résistance égale ou supérieure à 25’000 Newton, ce qui correspond à une masse de 2500 kg (égale à 2,5 tonnes, le poids de deux petites voitures).

C’est tout (simple non?)

Solides les mousquetons?

Ça peut paraître du réchauffé, mais les mousquetons ne vieillissent pas si vite…

Un mousqueton est bien assez solide, même s’il est en aluminium!

(quoiqu’en dise l’EPFZ – Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich)

sauf pour les slacklines… [j'y reviendrai dans un futur article]

 Lors des tests dynamiques, il ne peut casser que s’il est mal testé. Explications :

Cet article apporte une réponse à:

mousquetonsDes tests dynamiques ont été réalisés il y a 20 ans par la Commission de Sécurité de l’UIAA (Union Internationale des Associations d’Alpinisme). Ces tests dynamiques sont réalisés avec le mousqueton attaché à un point fixe. Dans ce mousqueton passe une corde dont la première extrémité est attachée près du mousqueton et un poids est attaché à l’autre extrémité. Le poids est lâché de presque deux fois la longueur de la corde afin d’obtenir un grand facteur de chute et donc de simuler une chute violente – par exemple lorsque un grimpeur chute de cinq mètres sur une dégaine placée un petit peu au-dessus du relais.

Des tests dynamiques ne sont pas utiles pour une norme car les sollicitations statiques sont pires que les dynamiques : tirer avec la même force plusieurs secondes est pire que quelques dixièmes de secondes.

Les résultats ont montrés que ces tests dynamiques ne sont pas nécessaires dans la définition de la norme.

 De plus, ils doivent être réalisés très précautionneusement avec un poids en chute libre. L’EPFZ n’a pas utilisé un poids en chute libre, mais un poids guidé entre deux rails verticaux. Cette méthode produit de faux résultats car le poids guidé induit des vibrations dans la corde, qui sont transmises au mousqueton. Son doigt peut alors s’ouvrir car la fréquence des vibrations correspond à la fréquence propre du ressort du doigt. Doigt ouvert, un mousqueton peut parfois casser car sa résistance est nettement inférieure.

Les mousquetons neufs ne cassent jamais quand ils sont testés avec un poids en chute libre.

Une chute réelle en escalade occasionne une force maximale de 5kN. Cette valeur est inférieure à la moitié de la force obtenue par la chute d’un poids guidé. Cette différence s’explique par “l’élasticité” du grimpeur – le corps absorbe une partie de l’énergie de la chute. Le grimpeur est aussi libre de chuter en bougeant latéralement et induit donc moins de vibrations. Et enfin l’assureur retient dynamiquement en freinant doucement la corde. Cette force maximale n’induit pas assez de vibrations pour ouvrir le doigt du mousqueton.

La norme UIAA sur les mousquetons requière une résistance statique de plus de 20kN. C’est-à-dire qu’il doit retenir une masse d’environ deux tonnes avant la rupture. 20kN est une valeur supérieure à la pire chute envisageable en escalade.

Le test est statique, ce qui signifie que le mousqueton est bien ajusté entre deux tiges avant d’être tiré lentement jusqu’à rupture.

Bien entendu, cette norme est applicable pour des mousquetons neufs. Les mousquetons qui ont cassé dans le test de l’EPFZ étaient usés à plus de 20%, ce qui se voit aisément à l’oeil nu. Nous espérons que chaque grimpeur est assez intelligent pour changer son matériel avant qu’il soit dans cet état.

La Commission de Sécurité de l’UIAA recommande:

·         Les mousquetons avec une usure visible – plus de 1mm de profondeur- doivent être remplacés.

·         Mettre des mousquetons en acier – et non en aluminium- dans les salles d’escalades pour les dégaines fixes et les relais : l’acier est moins sensible à l’abrasion.

·         Utiliser un système redondant aux endroits critiques: deux mousquetons avec les doigts opposés ou un mousqueton à verrouillage (vis ou autre).

·         Les mousquetons avec un doigt à fil sont moins sensibles aux vibrations et aux chocs contre le rocher lors d’une chute.

·         Changer la longueur de la dégaine quand le doigt pourrait être ouvert par une pointe de rocher.

·         Contrôler que le mousqueton est toujours tourné correctement. Une chute sur un mousqueton chargé transversalement est pire que d’avoir le doigt ouvert.

 

En conclusion :

vos mousquetons avec le label UIAA sont assez solides

et vous pouvez leur faire confiance !

 

Pour plus d’information, consulter “How strong does your climbing gear need to be?” Neville McMillan, 2003 (en anglais): http://www.theuiaa.org/upload_area/files/1/How_strong_does_your_climbing_gear_need_to_be(0).pdf